Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Découvrir

Découvrez Chapelet.net, un site entièrement dédié à Marie et aux grâces du Rosaire.

 

Parutions

Decouvrir

16 décembre 2006 6 16 /12 /décembre /2006 18:43
Une telle initiative est relativement rare: cela méritait bien une petite mise en avant.

Un documentaire, dont la sortie est prévue ce mercredi 20 décembre 2006, sera entièrement consacré aux moines de la (discrète) Grande Chartreuse des Alpes, près de Grenoble.

"Le grand silence" (le nom du documentaire) a déjà reçu un certain nombre de reconnaissances et de récompenses au niveau européen.

Mis en oeuvre par le réalisateur allemand Philip Gröning, ce documentaire nous fait pénétrer dans le quotidien de ces moines dont la vocation est de rechercher le Seigneur, dans l'intimité et le secret de leur coeur.

Je me réjouis par avance d'une telle réalisation (de tout de même 2h42 ! ), et ce, pour trois raisons:

    - la première: ce documentaire parle de  foi chrétienne, et d'un aspect plus particulier, le monachisme selon la Règle de Saint Bruno. Dans la tendance actuelle, qui se veut à contre-courant de tout ce qui se veut catholique, je trouve intéressant (voire même important) que des réalisations comme celle-ci prennent place dans notre société actuelle. C'est une manière de rendre la parole aux catholiques (d'une manière indirecte), car même s'il s'agit d'un documentaire sur la vie des chartreux, leur silence, leur vie, rend vivante la foi catholique; et c'est aussi un moyen de montrer quelques aspects qui démontre le contraire de ceux qui cherchent à nous diaboliser.

    - La deuxième: ce documentaire s'adresse à tous, croyants et non-croyants; de par sa réalisation, celui-ci souhaite nous faire connaître davantage le monachisme catholique, et plus précisément celui vécu dans la règle de Saint Bruno. Le monachisme souffre d'une certaine image pas toujours positive, surtout chez les non-catholiques. D'un certain côté, ce documentaire nous plonge dans ce que nous connaîssons le moins: le quotidien des moines.

    - La troisième: en tant que catholique, je suis très heureux de pouvoir partager un moment de ma foi à travers ce documentaire. Je suis très sensible sur la manière dont les autres vives leur foi, surtout lorsqu'il s'agit de vocation. La vocation monastique m'interroge beaucoup, et je n'ai que très peu de connaissances dans ce domaine. Comment vivent ces communautés? Quel est leur quotidien? Quelle est la place de la prière dans leurs journées? ...


J'espère simplement que ce documentaire ne se limitera pas à quelques salles, ici et là. Car selon la sacro-sainte rentabilité cinématographique, il y a peu de chance pour qu'une réalisation à petit budget traitant d'un domaine particulier ait la chance d'être visionné sur tous les écrans de France et de Navarre... Espérons que la Providence soit bonne, et que ce documentaire parvienne jusqu'aux petites bourgades comme la mienne!


Voir l'article paru sur InXL6.org
Repost 0
17 septembre 2006 7 17 /09 /septembre /2006 07:13
Ce jour est la journée du souvenir des déportés juifs durant la dernière guerre.

De nos jours, nos frères juifs sont encore sous l'emprise de souffrances. Comme l'a dit aujourd'hui le grand Rabbin Joseph Sitruk, les juifs, et Israël, ne souhaitent pas la guerre ni la destruction d'un peuple en particulier; bien au contraire, ils souhaitent que le coeur de pierre de l'Homme se transforme en coeur de chair. Je n'évoquerai cependant pas les recents événements en Terre Sainte; le problème est bien plus compliqué.

Les persécutions religieuses vont bon train... Contre les Juifs et les chrétiens notemment.

Prions chers amis, pour les victimes de la Shoah, et pour tous les déportés.

Prions pour tous ceux qui souffrent pour leur foi, leur appartenance, leur espérance.


Mémorial de la Shoah
Repost 0
15 février 2006 3 15 /02 /février /2006 18:10
> Saint Benoît (480 - 547)

    Saint Benoît est né à Nursie (près du Mont Cassin en Italie actuelle) vers 480. Il est à l'origine de la création de "l'ordre bénédictin" et du monachisme occidental.
    La règle bénédictine, règle de vie pour des milliers de moines et moniales, est ce que l'on retiendra en premier de Saint Benoît, même si son influence sur le christianisme, d'une manière générale, fut considérable. Cette règle peu se simplifier en deux mots: "Ora et Labora" ("prie et travaille"): Saint Benoît nous invite à trouver un équilibre entre la prière et le travail, tout en s'efforçant de rester actif. Avoir une hygiène de vie bien équilbrée, voilà une démarche de foi que tout un chacun peu prétendre acquérir, avec pour but ultime de trouver (ou plutôt d'observer) Dieu dans nos vies.

> La médaille

    Elle se base, en premier lieu, sur la confiance en la Sainte Croix qu'avait Saint Benoît. En effet, celui-ci l'invoquait fréquemment pour lutter contre ses tentations, parfois inattendues, ainsi que contre toutes ses mauvaises intentions et la présence du démon.
    Dès lors, Saint Benoît est représenté une croix à la main, surtout depuis que Saint Léon IX, pape de 1049 à 1054, né à Dabo en Lorraine, fut miraculeusement guéri dans sa jeunesse, lors de l'apparition d'un vieillard portant une croix en main. Saint Léon reconnut en lui Saint Benoît.
    Avec l'approbation papale accordée le 12 mars 1742 aux bénédictins, par le pape Benoît XIV, ce sacramental est efficace, si celui-ci est utilisé avec un "grand esprit de piété".
    Cette médaille, véritable sacramental donc, est un "outil de la foi", qui doit "se porter avec foi", et se "vivre avec foi". Elle est là pour nous rappeler quotidiennement notre attachement au Christ Sauveur, et aussi pour nous aider à lutter, par la prière et les invocations aux Saints (notemment Saint Benoît), aux divers tentations de notre monde.

> La symbolique de la médaille

   L'on trouve sur la médaille, différentes inscriptions, portant chacune un sens bien précis.

De part et d'autre de la croix:

C S P B : Crux Sancti Patris Benedicti : Croix du saint Père Benoît.

Sur la croix:

C S S M L : Crux Sacra Sit Mihi Lux : La croix doit être ma lumière.
N D S M D : Non Draco Sit Mihi Dux : Le dragon ne doit pas être mon guide.

Sur le contour de la croix:

V R S N S M V : Vade Retro Satana, Numquam Suade mihi Vana : Arrière Satan, ne me tente jamais par la vanité.
S M Q L I V B : Sunt Mala Quae Libas, Ipse Venenum Bibas : Ce que tu offres, ce n'est que du mal, ravale ton poison.

Sur le haut de la médaille, l'on trouve le mot PAX  (qui remplace IHS, le monogramme du nom Jésus), et qui signifie PAIX .

    Il ne faut attacher à la médaille AUCUNE valeur superstitieuse. Son porteur se doit plutôt de conformer sa vie aux Evangiles et aux enseignements de Saint Benoît.



Sources:               Wikipedia
                             Abbaye de Saint Benoît (Suisse)

Pour les images:
Cliquez ici

Repost 0
12 janvier 2006 4 12 /01 /janvier /2006 17:43
Le Christ a-t-il jamais existé? Voici la question que l'on se pose dans le tribunal de Viterbe, en Italie.

Le 27 janvier prochain, Don Enrico Righi, curé, comparaîtra devant la justice, pour diffamation. En effet, l'un de ses anciens camarade de séminaire, devenu athée, a décidé de porter plainte contre lui, au motif que, dans l'un de ses bulletins paroissiaux, le curé y affirma la véracité historique de la figure du Christ. Selon cet "ancien ami", l'existence du Christ ne peut être véridique; par conséquent, toute personne parlant ne serait-ce de l'existence de Jésus, se voit être reconnu coupable de tromperie.... Luigi Ciascoli ("l'ancien ami") estime également que tous les prêtres sont coupables, en affirmant que cette tromperie apporterait aux ministres de l'Eglise catholique un revenu confortable. C'est bien connu, les prêtres, en France tout du moins, roulent sur l'or... (dans bien des régions françaises et du monde, le salaire mensuel d'un prêtre n'excède pas 650 euros par mois).

Ce type de procès nous montre une nouvelle fois l'intolérance de bien des gens. Tout comme la pratique religieuse dans son extrême peut être dangereuse, l'athéisme militant n'en est pas moins inquiétante. "Les croyants sont intolérants", nous accusent-on, nous croyants (catholiques, mais pas seulement). Ce genre d'initiative se fait de plus en plus fréquent, malheureusement.

L'on a cette impression, actuellement, que les chrétiens sont de plus en plus pris à parti (surtout s'ils sont catholiques...). Serait-ce la résurgence d'une nouvelle forme d'intolérance à l'encontre des chrétiens? D'une nouvelle forme de persécution? Paradoxalement, ces mouvements anti-catholiques, ayants pour but de rabaisser la foi chrétienne, produit tout, sauf ce qui est espéré... N'est-ce pas justement ce genre de pratique sournoise qui nous renforce, nous, chrétiens? Qui nous rappelle quotidiennement la valeur de notre foi dans notre vie?

En attendant, laissons la justice italienne trancher sur ce débat...



Source: Courrier international
Repost 0
8 novembre 2005 2 08 /11 /novembre /2005 18:00

    Des détenus israéliens chargés de creuser le sol en vue d'agrandir la prison de Megiddo (nord d'Israël), ont fait une découverte exceptionnelle : des mosaïques chrétiennes du IIIe siècle qui, selon les archéologues responsables de ce chantier, recouvraient le sol d'une église, peut-être la plus ancienne de Terre sainte.

"Ce qui est clair aujourd'hui, c'est qu'il s'agit des plus anciens restes archéologiques d'une église en Israël, peut-être même dans toute la région, voire dans le monde entier, c'est encore trop tôt pour le dire", s'est enthousiasmé, dimanche 6 novembre, Yotam Tepper, l'archéologue en chef de ces fouilles.

Ce qui fait le caractère exceptionnel de la découverte, c'est la période à laquelle remontent ces ruines : le IIIe siècle, soit des décennies avant que l'empereur Constantin ne légalise le christianisme dans l'Empire byzantin. Jusqu'à présent, aucune trace d'église n'était avérée avant le IVe siècle.

Les autorités israéliennes sont restées interloquées par cette découverte, jusqu'au premier ministre, Ariel Sharon qui a parlé d' "une histoire incroyable".

Le Vatican s'est exclamé devant ce petit miracle archéologique. "Une découverte de cette sorte rendra Israël plus intéressant pour tous les chrétiens, pour l'Eglise à travers le monde entier", s'est félicité l'archevêque Pietro Sambi, émissaire du Vatican à Jérusalem. "S'il est avéré que cette église et ces splendides mosaïques datent du IIIe siècle, ce serait l'une des églises les plus anciennes du Proche-Orient."

source: La Croix

Repost 0
14 juin 2005 2 14 /06 /juin /2005 17:00

    Du grec hairesis. Par extention, c'est le choix d'un parti doctrinal particulier. Le mot pris peu à peu son sens péjoratif désignant les opinions de ceux qui s'écartent de la vérité définie comme orthodoxie.

 

 Adoptionnisme.   Nie la nature divine de Jésus, qui ne serait devenu Fils de Dieu qu'au moment de son baptême dans le Jourdain.

Anoméisme.   Pour Aetius et Eunomius (IVe s.) . L'essence de Dieu le Père et celle du Fils sont totalement dissociable.

Apollinarisme.   Soutenue par Apollinaire , évêque de Loadicée; refuse de croire que Jésus ait eut une âme et une psychologie humaine.

Arianisme.   D'Arius d'Alexandrie. Jésus ne serait pas consubstanciel au Père, il ne serait "qu'un Dieu segond.

Catharisme.   Midi de la France, XI e s. ; affirme l'existence du bien et du mal, remplacèrent les sacrements de l'Eglise par un "baptême de l'Esprit, prône la chasteté et la pauvreté.

Créationisme.   »  Traducianisme

Docétisme.   Affirment que le coprs de Jésus est une apparence, que sa Passion et sa mort ne sont pas réel.

Ebionisme.   Jésus n'est qu'un homme; ce n'est qu'un simple prophète.

Encratisme.   Prône une ascèse radicale.

Gnosticisme.   Affirment  leur croyance en un dualisme pessimiste, et seule la connaissance, réservée à une élite, assure le salut.

Homéisme.   Le Fils est semblable au Père en toute chose, mais ne lui est pas consubstanciel.

Iconoclasme.   Rejettent fortement le culte des images .

Messalianisme.   Eascètent et mystiques d'orient expérimentants la présence divine par des danses et des transes.

Monophysisme.   N'admettent qu'une seule nature dans la personne de Jésus.

Monothélisme.   Prônent l'existence d'une seule Volonté divine au travers de Jésus Christ.

Nestorianisme.   De Nestorius (Ve s.). Affirment que coexistent en Jésus Christ deux personnes: l'homme et Dieu.

Origénisme.   D'Origène (IIIe s.) Affirment que les âmes préexistent à la naissance des Hommes.

Pélagianisme.   De Pélage (V e s .) . Insistent sur l'efficacité de l'effort individuel pour assurer son salut. Nie presque totalement l'action de la grâce divine.

Sabellianisme.   De Sabellius (IIe s.) . Minimise la distinction entre le Père et le Fils.

Subordinatianisme.   Subordonne le Fils au Père dans la Trinité.

Traducianisme.   Affirment que l'âme serait transmise par les parents dans la génération corporelle.

Repost 0
Published by Le staff Vivre en chrétien - dans Histoire de comprendre
commenter cet article
17 mai 2005 2 17 /05 /mai /2005 17:00
Quelles sont les origines des Templiers?


En 1118, neufs chevaliers francs proposent à Baudouin II, roi de Jérusalem, de créer un ordre militaire ayant pour but de protéger les pélerins se trouvants sur les routes de Jérusalem: "les Pauvres chevaliers du Christ". Le roi leur accorde l'hébergement dans son propore château, situé alors à l'emplacement de l'ancien Temple de Salomon. Par la suite, cet ordre divînt "les chavaliers du Temple", puis seulement les "Templiers", officialisé par le pape en 1138.



Quelles sont les caractéristiques des Templiers?


L'ordre des Templiers étaient avant tout composé de jeunes nobles cherchants à s'investir dans la défense de la foi chrétienne en Orient. Cet ordre militaire à la hiérarchie très stricte est aussi un ordre monastique; en effet, ses membres devaient faire voeux de pauvreté et abandonner la totalité de leurs richesses à l'ordre. De fait, ces moines soldats séparaient leur vie entre prière et guerre, allant jusqu'à devenir de fins connaisseurs sur les techniques de guerres au Moyen Age.
Pour asseoir leur pouvoir, l'ordre, très riche, construisit à travers l'Orient des Kraks, c'est à dire de véritables forterresses jouants également le rôle de monastères, et permettants une présence militaire permanente tout le long des chemins de pélerinages jusqu'à Jérusalem offrant ainsi la possibilité de surveiller et de s'approprier des points stratégiques. L'ordre fît construire également dans toute la chrétienté des commanderies, qui en réalité permettaient une présence constante des Templiers, à la ville comme à la campagne, à des fins de recrutements.
A la base très modestes (les Templiers ne revêtaient bien souvent au dessus de leurs effets qu'une robe blanche marquée d'une croix rouge, croix du Christ et de Jérusalem, et rouge en référence à la Passion du Christ), les Templiers, à force d'emmagasiner des richesses, se détournèrent de leur voie première pour devenir au final de véritables banquiers.



Pourquoi la disparition de l'ordre du Temple?


Depuis 1291, plus personnes, pas même les Templiers, ne possèdent de forterresse en Palestine. De fait, les pélerinages vers Jérusalem sont rendues impossibles, en tout cas difficiles, et la mise en oeuvre de tels projets relèveraient presque de nouvelles croisades. Par conséquent, les Templiers, privès de leur terre de prédilection, n'ont en théorie plus lieux d'être, ou tout du moins plus aucun champ d'action possible.
Les XIIIe et XIVe siècles voient en France nottement un retour significatif des prérogatives royales. En d'autres termes, la royauté "récupère" peu à peu son pouvoir, morcellé depuis les IXe - Xe siècles. Cette royauté (et d'ailleurs pas seulement en France) voit d'un très mauvais oeil ces Templiers, riches et armés, répartis sur toute l'Europe, et ne répondant qu'au pape seul.
Le 13 octobre 1307, le roi de France Philippe le Bel donne l'ordre d'arrêter tous les Templiers. Le pape suivra le 22 novembre 1307. Il s'agit là avant tout d'un conflit entre le pape et la royauté, les Templiers ne dépendants que du pape et celui-ci pouvant s'appuyer sur cet ordre. De plus, les rois de France ne bouderaient pas l'acquisition de cet ordre, non pas seulement pour d'éventuelles richesses, mais surtout pour ce réseaux de commanderies bien structurés. Pour ce faire, la royauté accuse l'ordre du Temple d'hérésie; par conséquent, le pape n'a d'autres choix que de suivre ces accusations qui mèneront à termes (et la papauté le sait très bien mais ne peu faire autrement) à la dissolution de l'ordre.
A travers toute l'Europe (sauf au Portugal) les Templiers sont arrétés; des enquêtes sont menées; seul les Templiers français seront reconnus d'hérésie.
Le 3 avril 1312, le pape dissoud l'ordre, et transfert ses biens à "l'ordre de l'hôpital". Le 18 mars 1314, Jacques de Molay, dernier grand maître de l'ordre, meurt sur le bûcher à Paris pour avoir renié les accusations dont ils se reconnaissait coupable au début ( on appel cela être condamné comme relaps, c'est à dire de retomber dans une faute confessée).



Source: encyclopédie Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/accueil
Repost 0
Published by Le staff Vivre en chrétien - dans Histoire de comprendre
commenter cet article
10 mai 2005 2 10 /05 /mai /2005 17:00
Pourquoi les croisades?

Jérusalem, ville sainte, est depuis les origines du christianisme un lieu de pélerinage important. Conquise par les arabes en 638, les pélerinages n'en furent toutefois pas troublés. Peut être doit on citer le calife du Caire Al-Hakim, qui fît détruire le Saint-Sépulcre, provoqua quelques perturbations passagèrent.
En 1078, Jérusalem tombe aux mains des Turcs Seldjoukides. L'on a lontemps dit qu'ils étaient à la source de grosses perturbations des pélerinages, mais au final peu de documents ne semblent relater ces faits.
Pourtant, les ambassadeurs de l'empereur Byzantin réclament de l'aide aux occidentaux pour lutter contre les Turcs, en décrivant une "situation apocalyptique".

Les croisades... quelles réputations?

Traditionnellement, en occident, les croisades ont été considérées comme des actes héroïques. Beaucoup d'historiens s'accordent pour affirmer que les croisades n'en furent pas ainsi. Dans le monde musulman, les croisades ont été vécues comme des attaques cruelles et sauvages des chrétiens contre l'islam, ce qui fut le cas dans bien des situations. Même l'othodoxie chrétienne considère les croisades comme une invasion, une attaque, des chrétiens de l'ouest, nottemment lors du sac de Constantinople en 1204, lors de la 4e croisade.
Ceci contribuera malheureusement à compliquer les relations entre catholiques et orthodoxes, dont beaucoup de leurs oeuvres se trouvent aujourd'hui au Vatican et à Venise. Il faudra attendre Jean Paul II pour voir un pape demander officiellement pardon au nom de toute l'Eglise, et ainsi d'augmenter et de faciliter dans le bon sens les relations avec les orthodoxes byzantins.



Combien de croisades?

Au total, neufs croisades, sans compter les "intermédiaires"...
  1. 1096-1099, première croisade. Suite aux demandes de l'empereur de Byzance, Urbain II fît un prêche à Clermont appelant aux armes toute la chrétienté, en raison selon lui de "menaces d'invasion de l'islam sur la chrétienté". Le pape demanda aux croisés de se marquer, et cette guerre serait pour eux comme pénitence. Sur leur route, des villes entières (parfois même chrétiennes) furent mise à sac, et en arrivant à Jérusalem, les habitants furent massacrés. C'est à cette époque que le royaume de Jérusalem fut créé.
  2. Croisade de 1101. Une croisade "mineure" fut envoyée pour défendre le jeune royaume de Jérusalem... Les croisés n'y arriveront jamais.
  3. 1147-1149, deuxième croisade. Lancé par Bernard de Clairvaux, les armés allemandes et françaises marchèrent sur l'Asie Mineure contre les Turcs, mais c'est une nouvelle défaite.
  4. 1189-1192, troisième croisade. Jérusalem prise par Saladin, le pape Grégoire VIII lança un nouvel appel, auquel répondirent Richard coeur de lion, Philippe Auguste, et Frédéric Ier Barberousse. Acre fut rpris aux musulmans.
  5. 1202-1204, quatrième croisade. Appelée par Innocent III, elle fut détournée par les Vénitiens, financée par leur soins, pour accroître leurs possessions dans le secteur de l'empire Byzantin. Constantinople fut mis à sac. L'esprit des croisades disparait définitivement.
  6. 1209, croisade des Albigeois. Lancée par Innocent III contre les cathares du sud de la France, elle profita aux rois de France qui accrurent leurs possessions occitanes.
  7. Croisade des enfants. En réalité, composée des excluts de l'essort économique du XIIe siècle; furent décimés pendant le voyage; était partit dans un véritable esprit de croisade.
  8. 1217-1221, cinquième croisade. Lancée par Innocent III contre l'Egypte; s'acheva par une capitulation des croisés.
  9. 1228-1229, sixième croisade. Lancée par l'empereur germanique Frédéric II, qui atteind Jérusalem.
  10. 1248-1254, septième croisade. Lancée par les Templiers, puis par Louis IX (Saint Louis).
  11. 1270, huitième croisade. Lancée par Louis IX contre Tunis, qui mourru en cour de route.
  12. Croisade des Pastoureaux. Provoqué par la capture de Louis XI lors de la septième croisade, et composée de paysans.
  13. 1271-1272, neuvième croisade. Entreprit, avec échec, par Edouard Ier d'Angleterre. Fin de la domination chrétienne en Syrie.


Source: encyclopédie wikipédia. http://fr.wikipedia.org/wiki/Accueil


Repost 0
Published by Le staff Vivre en chrétien - dans Histoire de comprendre
commenter cet article
3 mai 2005 2 03 /05 /mai /2005 17:00
Pourquoi les papes habitent à Rome? Pourquoi se logent t ils sur la colline du vatican?

Les papes ont une véritable histoire avec Saint Pierre. Saint Pierre, missionné par le Christ lui même, alla à Rome en son temps, qui était alors considéré comme le centre du monde connu. Quoi de mieux pour sensibiliser un maximum de personne que d'être au centre du pouvoir?!

Saint Pierre est mort à Rome, crucifié comme le Christ, mais la tête en bas. Les premières communautés chrétiennes se sont formées à Rome, et étaient composées majoritairement de romain.

La tradition s'est gardé. Comme les papes ( successeurs de Pierre ) sont aussi les évêques de Rome, il paraissait normal que ceux ci restent dans la ville éternelle. Et c'est pour cela qu'il règne à Rome una ambiance toute particulière, une sensation de bien être mélé à un sentiment de profonde ferveur, en se rendant compte que tout est partis d'ici, que notre Eglise s'est formé au milieu des temples romains et autres amphithéâtres.

C'est pourquoi je terminerai en disant que Rome est un pélerinage à vivre, vraiment; car la foi chrétienne, présente à chaque coin de rue, nous ennivre et nous donne la force de continuer à croire, notemment grâce aux papes présent dans cette ville, et de BenoïtXVI, nouveau successeur de Pierre.


Lien utile:  centre Saint Louis des Français  , à Rome

Repost 0
Published by Staff Vivre en chrétien - dans Histoire de comprendre
commenter cet article