Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Découvrir

Découvrez Chapelet.net, un site entièrement dédié à Marie et aux grâces du Rosaire.

 

Parutions

Decouvrir

6 mai 2006 6 06 /05 /mai /2006 04:45
Dimanche 7 mai 2006, ce sera la journée mondiale de prière pour les vocations.


Chez bien des gens, le terme "vocation" signifie "devenir prêtre". Ces gens auraient eu totalement raison... S'ils n'avaient pas oublié le reste! Vie monastique, vie religieuse, et bien sûr, le mariage.

LA vocation?

Une vocation, quelle qu'elle soit, c'est avant tout recevoir un appel; un appel? Non pas un cri au milieu de la foule, non pas un coup de téléphone, ni même une lettre postée en recommandée... Recevoir l'appel du Seigneur, c'est avant tout le recevoir avec son coeur... Chacun est appelé(e) à vivre quelque chose de formidable; le Seigneur nous veut libre, mais adresse à chacun d'entre nous un but, une ligne de vie, une ligne d'amour.
Il n'est pas toujours facile d'entendre et de discerner l'appel du Seigneur. Si seulement il pouvait être plus explicite! Mais alors, l'appel et la vocation perdrait du goût... Pourquoi devoir discerner? Peut être pour mettre notre foi à l'épreuve. Il en va de même pour notre foi: si le Père se manifestait à nous aussi facilement que nous pouvons voir nos parents, notre époux/épouse, nos enfants: notre foi, basée sur la recherche, l'amour et la confiance en Dieu, aurait-elle la même saveure?
De même pour l'appel à une vocation (quelle qu'elle soit), le Seigneur veut nous donner la chance de vivre pleinement notre vie, en donnant une vrai saveure à notre vocation. Une certitude d'amour que l'on se cronstruit pas à pas, voilà de quoi mettre du piment dans sa vie.

MA vocation?

Mariage, vie religieuse, vie monastique, prêtrise.... Le Seigneur nous donne des chemins de vie, mais un seul nous est proposé, à chacun d'entre nous. Comment, et pourquoi, entendre l'appel à vivre?
Il nous veut libre; cela dit, en nous proposant son chemin, qu'il nous a préparé, pour nous, il veut que nous nous rendions compte par nous même, de la valeur de ce qu'il nous propose.
L'on peut le découvrir, à travers un témoignage, des paroles d'un prêtre, un livre, mais aussi et surtout, par la prière.
La pière est réellement essentielle, si l'on veut discerner ce que le Père attends de nous ( Et je ne dis pas cela comme un "vieux sage"; moi-même, j'accorde beaucoup de temps à prier et discerner le chemin qui semblerait être le mien ).
Quoi qu'il en soit, le Seigneur nous veut heureux; trouver et vivre pleinement SA vocation, c'est être sûr de faire la Volonté du Père, et d'avoir trouvé le chemin qui nous rendra heureux (même si, dans toute vie, les moments difficiles ne sont jamais totalement absents).

Se prendre du temps...

La recherche d'une vocation, l'écoute d'un appel à vivre pleinement sa vie, cela peut prendre du temps... Certains/certaines (et je rends grâce à Dieu pour ces véritables conversions des coeurs!) sont sûr(e)s de ce que le Seigneur attends d'eux, et ce, dès leur plus jeune âge. D'autres, prennent, le temps de bien discerner. Toutefois, je n'ai jamais entendu qui que ce soit me dire que les mois / années passées à discerner étaient des moments sombres... Au contraire.. Si parfois la découverte d'une vocation fait peur (parfois, mais pas tout le temps!), très vite, lorsque l'on est en confiance et que l'on s'abandonne à la Providence, le Seigneur nous donne de vivre de bons moments, des moments de joie. Vraiment. Mais avancons, chacun, à notre rythme.
Pour exemples: je connais une amie qui va se marier à l'âge de 21 ans; un autre est entrain de poursuivre son noviciat dans une petite congrégation religieuse, à 20 ans. Et enfin, je connais un prêtre qui a été ordonné ,... à l'âge de 50 ans!

Le Seigneur nous appelle, tous, et nous sommes à son écoute aujourd'hui.


Service National des Vocations

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier - dans Vie de L'Eglise
commenter cet article

commentaires

l'allegorie du questionnement 05/06/2006 19:23

J'ai terriblement peur de ce que je peux devenir, je n'assume pas qui je suis, ma vocation m'angoisse dans le sens où les responsabilités, les combats , et les sacrifices a faire me semble insurmontable. Je n'ose pas m'affirmer par la peur de l'echec, et de mal faire les choses. C'est la peur qui me guide, et je ne sais pas comment m'en liberer....

Olivier 05/06/2006 21:23

Je me doute quelles sont les questions que tu peux te poser... moi-même, je suis passé par là (et j'y suis encore pleinement!).Mon premier sentiment, à la découverte de cet appel qui résonne au fond du coeur... ça a été la peur. Peur de l'engagement, peur des sacrifices, peur du regard des autres, peur de mes parents aussi (à l'époque).Le temps passe. L'on croise de nouvelles personnes, l'on vit des expériences de vie nouvelles, on croit recevoir des certitudes, puis le lendemain tout s'effondre... Au milieu de tous mes questionnements, j'ai comrpis une chose: s'abandonner au Seigneur, par la prière, voilà ce qui peut aider à y voir plus clair. Ho je ne dis pas, effectivement: ma vie de prière a mis un certain temps à se stabiliser; mais de découvertes en découvertes, certaines choses se précisent...Mais le maître mot est: le Temps; savoir se donner du temps... Ne pas avoir peur d'attendre  des mois, des années...N'hésites-pas à me contacter, voici mon email:vivreenchretien AT ifrance.com   ( remplacer AT par @ )Et le  Forum du SNV (Service National des Vocations)Qui possède notemment les adresses des Services diocésains des Vocations