Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Découvrir

Découvrez Chapelet.net, un site entièrement dédié à Marie et aux grâces du Rosaire.

 

Parutions

Decouvrir

29 janvier 2006 7 29 /01 /janvier /2006 18:10
Voici l'une des Saintes qui m'interpelle le plus, et qui, à chaque fois que je pense à elle, me comble d'émotion, et me renvoi toujours plus sur ce mystère de l'amour de Dieu, amour qui intervient dans nos vies, qui modèles nos vies, qui donne un sens à nos vies. Car Sainte Jeanne Beretta Molla représente le don ultime de sa vie pour la Vie, et pour l'amour même de Dieu; elle a su et a voulu se donner, pour vivre entièrement son coeur à coeur avec Jésus. Ce dont-là, je ne m'en sens pas capable. C'est tellement mystèrieux...


Jeanne Beretta Molla
est née à Magenta (près de Milan), le 4 octobre 1922. C'est dès son plus jeune âge qu'elle adhère à la foi chrétienne, et est désireuse de vivre sa foi au quotidien.


Durant les années de lycée et d'université, alors qu'elle s'adonne avec sérieux aux études, elle traduit sa foi en s'engageant dans un apostolat généreux pour les jeunes de l'Action Catholique Italienne et charitable pour les personnes âgées et les pauvres avec la Conférence St-Vincent-de-Paul.

Docteur en médecine et en chirurgie en 1949 à l'Université de Pavie, elle ouvre en 1950 un dispensaire à Mesero, près de Magenta. Elle se spécialise en pédiatrie à l'Université de Milan en 1952 et préfère parmi ses assistés les mamans, les enfants, les personnes âgées et les pauvres.

Alors qu'elle remplit sa charge de médecin, qu'elle ressent et pratique comme une «mission», elle accroît encore son engagement dans l'Action Catholique, en se donnant sans compter pour les «plus jeunes». En même temps, elle exprime en faisant du ski et de l'alpinisme sa grande joie de vivre et son bonheur de jouir de l'œuvre de Dieu dans la nature. Elle s'interroge, prie et fait prier pour sa vocation qu'elle considère aussi comme un don de Dieu. En choisissant l'appel au mariage, elle y répond avec tout son enthousiasme et elle s'y donne totalement «pour former une famille vraiment chrétienne».

radieuse par son comportement et par son sourire. Elle en remercie sans cesseElle se fiance avec l'Ingénieur Pierre Molla et, durant les fiançailles, elle est le Seigneur. Elle se marie le 24 septembre 1955 dans la basilique St-Martin à Magenta. Elle est une femme heureuse. En novembre 1956, elle devient maman pour la première fois: Pierre Louis naît; puis en décembre 1957, c'est Mariolina; en juillet 1959, c'est Laure la troisième. Elle sait harmoniser avec simplicité et équilibre ses devoirs de mère, d'épouse, de médecin et sa grande joie de vivre.

En septembre 1961, vers le 2ème mois d'une nouvelle grossesse, elle connaît la souffrance et le mystère de la douleur: un fibrome à l'utérus apparaît. Il faut l'opérer. Tout en sachant les risques que cela comporte de continuer la grossesse, elle supplie le chirurgien de ne pas recourir à l'avortement, mais de sauver la vie qu'elle porte en elle et elle se confie à la prière et à la Providence.

La vie est sauve. Elle remercie le Seigneur et passe les 7 mois qui la séparent de la naissance avec une force d'âme incomparable et avec une ardeur de chaque instant comme mère et médecin. Anxieuse, elle craint que son bébé puisse naître souffrant et demande à Dieu que cela lui soit épargné.

Quelques jours avant l'accouchement, tout en se confiant pleinement à la Providence, elle est prête à donner sa vie pour sauver celle de son enfant: «Si vous devez décider entre moi et l'enfant, n'hésitez pas: choisissez, et je l'exige, l'enfant. Sauvez-le». Le matin du 21 avril 1962, Jeanne Emmanuelle est née, saine et sauve. Le matin du 28 avril, malgré tous les efforts et les soins pour sauver aussi la mère, au milieu de douleurs indicibles, après avoir répété: «Jésus, je t'aime. Jésus, je t'aime», elle meurt saintement.

Elle avait 39 ans. Son enterrement est une grande manifestation unanime de profonde émotion, de foi et de prière. Elle repose aujourd'hui au cimetière de Mesero, à 4 km de Magenta.

«Immolation préméditée», c'est ainsi que Paul VI a défini le geste de la Bienheureuse Jeanne à l'Angélus du 23 décembre 1973 en évoquant «Une jeune mère du diocèse de Milan qui, pour donner la vie à sa fille, a sacrifié la sienne dans une immolation préméditée». La référence christologique au Calvaire et à l'Eucharistie du Saint Père est évidente.

Elle a été béatifiée par Jean Paul II le 24 avril 1994, lors de l'Année Internationale de la Famille. Nous fêtons Sainte Jeanne Beretta Molla le 28 avril.

Source: www.vatican.va

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier - dans Saints
commenter cet article

commentaires

mavounia 08/06/2011 02:17



une sainte d amour pour la vie du prochain comme jesus le demande  prie pour moi colette afin que j accede a cet amour pour mon prochain



Marjolaine 15/02/2008 18:39

En lisant un livre sur Jeane Berretta Molla, j'avais été étonnée par un passage!  Avant le jour du mariage avec Pierre Molla, ils avaient tous deux fait une retraite de trois jours pour préparer par la prière le sacrement du mariage qu'ils allaient recevoir!  JÇa m'a beaucoup étonnée de voir combien la vocation du mariage se prépare tout autant que celle à la vie religieuse!   Le Seigneur appelle à se donner entièrement à Lui dans le concret de la réalité( soit dans le mariage, soit dans la vie religieuse)!

Abbé Benoit 08/02/2006 04:22

Désolé, je croyais qu'on pouvait mettre le code HTML dans le commentaire.

Abbé Benoit 08/02/2006 04:21

J'avais signalé à l'époque la canonisation de sainte Jeanne ( ICI. Son témoignage de foi m'avait aussi très touché. Nous avons besoindavantage de saintes mères de famille (canonisées)--- et de saints pères.